www.commune-de- pouilley-francais.fr    
Site officiel de la commune de Pouilley-Français

LE TERRITOIRE COMMUNAL 

La superficie

En 1906, la récapitulation générale de la superficie des différentes parties du territoire est la suivante :

- Terres labourables (en culture, en jachère, en prairies artificielles ou en prairies temporaires) : 240 ha 48 a - Prés naturels : 142 ha 48 a - Vignes : 6 ha 10 a

- Cultures diverses : 8 ha 94 a

- Bois et forêts : 130 ha - Territoire non compris dans les catégories ci dessus 78 ha, soit 599 ha 06 a.

Le recensement de l’agriculture de l’année 1929 signale pour les superficies non cultivées 122 ha 05 a de territoire non agricole, qui comprend les propriétés bâties, les cours, les parcs et jardins d’agrément, les routes, les chemins, les voies ferrées, les fossés, les canaux, les étangs, les cours d’eau…

Extraite de la matrice cadastrale de 1986, la superficie du territoire communal se décompose

de la façon suivante, avant l’élaboration du Plan d’Occupation des Sols en 1989 : Terres : 41 ha 05 a 43 ca – Prés : 353 ha 13 a 94 ca – Vergers : 6 ha 66 ca 57 ca – Vignes : 57 a 81 ca – Bois : 124 ha 81 a 15 ca – Landes : 26 ha 72 a 30 ca – Ruisseaux : 1 ha 59 a 02 ca – Jardins : 2 ha 78 a 54 ca – Terrains constructibles : 2 ha 66 a 90 ca – Terrain d’agrément : 50 a 53 ca – Voie ferrée : 2 ha 65 a 75 ca – Sols : 24 ha 11 a 63 ca, pour une surface de 587 ha 29 a 57 ca, à laquelle s’ajoute l’emprise de l’autoroute pour une surface de 20 ha 30 a,

soit une contenance totale de 607 ha 59 a 57 ca. Sur la matrice cadastrale de 2006, la contenance de la commune est également de 607 ha 59 a 57 ca, comprenant 575 ha 28 a 45 ca cadastrés et 32 ha 31 a 12 ca, non cadastrés.

Au cadastre, le territoire communal est divisé en groupes classés de 1 à 13 (Il n’y a pas de groupe 07) :

Groupe 01 Terres Groupe 08 Eaux

Groupe 02 Prés Groupe 09 Jardins

Groupe 03 Vergers Groupe 10 Terrains à bâtir

Groupe 04 Vignes Groupe 11 Terrains d’agrément

Groupe 05 Bois Groupe 12 Chemin de fer

Groupe 06 Landes Groupe 13 Sols

Les ruptures dans le territoire communal

Le finage communal possède une configuration plutôt en longueur sur un axe nord-sud et si à l’origine les déplacements locaux partaient du centre en rayonnant vers les communes de Ferrières-les-Bois, Villers-Buzon, Dannemarie-sur-Crête et vers la route départementale 473, depuis la fin du XIX ème siècle, la commune subit dans son paysage et dans son homogénéité territoriale, les marques des grands déplacements est-ouest à l’échelle régionale. La route nationale 73, devenue le 1 er janvier 2007 la route départementale 673 - présente dès son origine - est à vrai dire un élément indispensable de liaison, mais l’intensification des flux opère aujourd’hui une véritable coupure entre le village et son hameau de Candart. La création de la voie ferrée de Dijon à Besançon en 1854 renforce cette rupture en isolant un peu plus la ferme de Grenove. Dans les années 1970, la création de l’autoroute A 36 La Comtoise isole une fois de plus le village de son territoire boisé – bois des Âges, bois de Servole – et des espaces agricoles situés au nord de la commune. Le passage de la conduite de gaz a créé au beau milieu du village une zone non aedificanti en empruntant le vallon du ruisseau du Rompré, élément de coupure certes, mais néanmoins élément de structuration naturelle. On peut également citer le passage des lignes de transport électrique à haute tension de 65 000 kW. Notons cependant que le ruisseau du Pontot définit à la fois une limite naturelle et une limite administrative avec la commune de Dannemarie-sur-Crête.

Les lieux-dits ou microtoponymes

La microtoponymie est l’étude des noms de lieux non habités et des lieux-dits. Il n’est pas de barrière infranchissable entre les noms de lieux habités et les noms de lieux non habités ; c’est l’histoire humaine qui crée, à un moment donné, la différence, puisque beaucoup de lieux déserts peuvent être habités par la suite, alors que l’inverse est également possible. Sur le plan cadastral de 1829, dit atlas napoléonien, apparaît le nom de 123 lieux-dits, auxquels s’ajoutent ceux de la partie agglomérée du village, dénommée au Village qui ne figurent pas sur le plan, comme Creu Cremille, à la Vieille Vigne, à Reveure... Quels sont les mystères et quels sont les secrets que cache leur nom ? Pourquoi les anciens, les ont-ils baptisés ainsi, noms de personnes, d’animaux, noms anciens tirés du patois… Les voici, énumérés, telle une litanie : à Belnot, à Betin, à Boivège, à Bourey, à Candart, à Cassère, à Champs Billebaud, à Champs Courdot, à Champs Fourchier, à Champs Pain Blanc, à Champs Rondot, à Champs Rougâ, à Chenau, à Choulange, à Combe Jeannin, à Combenit, à Cras Rodot, à Crie, à Fonney, à Frutère, à Grenove, à Jourdain, à l’Abbateux, à la Bindaine, à la Charpie, à la Combe, à la Combe au Cabu, à la Combe du Chêne, à la Combe au Bruyot, à la Combotte, à la Coubelle, à la Cranne, à l’Âge du Verger, à l’Âge de la Mûrie, à l’Âge de Lavernau, à la Gouleuse, à la Grande Raie, à la Grande Vigne, à la Gredaine, à la Joliotte, à la Louège, à la Masselotte, à la Maz, à Landoyen, à la Noue, à la Nouotte, à la Pajotte, à la Planche, à la Pontotte, à la Quedemène, à la Rougeterre, à la Rue, à la Vieille Chapelle, à l’Eau de la Vie, à l’Eau des Champs, à Milleri, à Molassard, à Montbretin, à Mottet, à Noley, à Noley là-bas, à Pey de Bot, à Pompière, à Romprés, à Roussot, à Rosier, à Saussenet, à Sovier, à Terre Noire, à Timbargin, au Bas de Chaillou, au Bas de la Joliotte, au Bas de Romprés, au Bief de Torpes, au Champ Batiouloumey, au Champ Capitaine, au Champ Courbe, au Champ des Banniers, au Champ Laquiche, au Chaucheu, au Creu du Renard, au Failot, au Foue, au Dessus de Chenau, au Dessus des Prés de Brue, au Dessus de Vanet, au Dessus du Pontot, au Grand Bas, au Grand Champ, au Jardinet, au Pontot, au Pré, au Pré Brenot, au Ranchot, au Rang des Côtes, au Reteu, au Seteu, au Tachot, au Valdahon, au

Verger Marguet, aux Bormottes, aux Champs Boyons, aux Champs de la Levée, aux Champs du Grand Bas, aux Champs du Puits, aux Chenevières, aux Cheveciers, aux Combes du Grand Bas, aux Combers, aux Écots, aux Essarts, aux Genévriers, aux Gouillottes, aux Gouyottes, aux Grandes Planches, aux Grands Champs de Chenau, aux Journaux, aux Pièces, aux Planches de la Mignonne, aux Planches du Gros Bois, aux Prés de Chêne, aux Quetis, aux Foulées de Rosier, aux Perrières, aux Pointes, aux Prés de Brue, aux Ronces, aux Tachots, aux Vignes Blanches, à Vanet, à Villou, bas de Villou, bois des Âges, bois de Servole, Candart, Combe au Jardinier, Communal de Roland, derrière les Vergers, devant le Gros-Bois, devant Servole, Gros-Bois, Servole, sous le Chemin de l’Étang, sur la Place, sur le Four, sur les Pioches. Le 3 novembre 1838, concernant la circonscription des lieux-dits, le préfet fait connaître aux maires qu’à l’avenir, lors de l’exécution du cadastre parcellaire d’une commune, chaque section sera divisée en lieux-dits, dont la circonscription et la dénomination seraient déterminées par les conseils municipaux, de concert avec le géomètre en chef. Cette opération intéressant la régulière confection des pièces cadastrales, elle est recommandée de nouveau à l’attention des maires, qui se trouveraient dans le cas de s’en occuper. Ils devront veiller à ce que les conseils municipaux ne signent les procès-verbaux descriptifs des lieux-dits qu’après que la lecture leur en aura été faite par le géomètre en chef ou son employé de confiance. À la suite du remembrement, des lieux-dits disparaissent, voici le nom de ceux qui demeurent encore : à Belnot, à Betin, à Boué, à Candart, à Combenit, à Grenove, à l’Âge de la Mûrie, à l’Âge du Verger, à l’Âge de Lavernau, à la Gouleuse, à la Gredaine, à la Masselotte, à l’Eau de la Vie, au Bas de Chaillou, au Champs Capitaine, au Verger Marguet, aux Champs Boyons, aux Champs de Grand-Bas, aux Champs des Banniers, aux Écots, aux Essarts, aux Grandes-Planches, aux Planches du Gros-Bois, aux Planches de la Mignonne, aux Prés de la Batteux, bois des Âges, bois de Servole, bois du Gros-Bois, devant le Gros-Bois, au Village, au Courti Jeannin, au Clos, à Roussot, à Villou, à Rompré, au Jardinet, la Combe au Jardinet, à Vanet, à Landoyen, au Rang des Côtes, au Champ Batiouloumey, aux Quetis, au Champ Combe, au Failot, sur le Four, à la Cranne, à l’Eau des Champs, au Chaucheu, à Sovier, aux Prés de Brulé, devant Servole, au Reteu, derrière les Vergers, à Saussenet, à la Quademène, à la Noue, à la Rue, au Seteu, au Foué, au Creu du Renard, devant le Gros-Bois, les Grandes-Planches, les Écots.